Les déplacements à Nice : l’arrivée d’un nouveau transport hors du commun

ParAlpes

Les déplacements à Nice : l’arrivée d’un nouveau transport hors du commun

Cinquième ville de France et capitale des Alpes Maritimes, le ville de Nice est située sur le littoral méditerranéen entre Antibes et Monaco. Connue pour sa richesse artistique et ses réalisations d’envergure (oui, je parle bien de l’Acropolis), Nice fait des jaloux…

En raison d’une architecture remarquable et d’un climat méditerranéen, Nice est une destination prisée et très convoitée notamment en période estivale (de 50 000 à 600 000 voyageurs par an en Côte d’Azur). En temps normal, la ville comprend 342 522 habitants, dont environ 150 000 actifs. Par conséquent, la métropole Niçoise n’a d’autres choix que de mutualiser ses moyens de transports citadins afin de permettre à sa population de se déplacer.

Les transports niçois

Avant d’aborder notre moyen de transport hors du commun, rappelons ce que la ville de Nice offre en termes de mobilité urbaine. La ville possède trois réseaux de transports. Le bus, ou plutôt les lignes d’Azur qui comprennent 25 stations pour une longueur de trajet de 8,4 km. Des bus nocturnes desservent aussi la ville notamment cinq lignes sont disponibles entre 21h10 et 1h10. Ensuite, c’est au tramway auquel il faudra songer pour vous déplacer en milieu de nuit. En effet, mis en service en novembre 2007, le tramway circule sur une unique ligne allant du Nord à l’Est de la ville. Empruntée par 105 000 voyageurs par jour, la ligne 1 comprend 22 stations.

Mais qu’en est-il des transports soucieux de l’environnement ?

La ville de Nice a souhaité promouvoir des modes de transports économiques comme le taxi à nice, doux et accessibles à l’ensemble de sa population et à ses visiteurs. Mis en place en juillet 2009, les vélos bleus sont à disposition de tous au prix d’1€ de l’heure, mais surtout à un tarif de 25€ l’année pour les utilisateurs réguliers et inscrits. Afin d’inciter ses habitants à chevaucher leur vélo, la ville n’hésite pas à rappeler que 70 km sont aménagés pour les cycles. Se déplacer en vélo sur les bords du littoral Méditerranéen, on a connu pire..

Une nouvelle forme de transport urbain : le gyroroue

Je vous l’accorde, il est temps de vous parler d’une nouvelle forme de transport urbain : le gyroroue.

gyroroueMais de quoi s’agit-il ? Le monocycle électrique, autrement appelé gyropode ou gyroroue a de fortes ressemblances avec son cousin le scooter électrique. En effet, cet engin possédant une seule roue entourée de deux marche-pieds vous emmènera, à une allure de 25 km/h, à 30 voire 40 km de chez vous. Ce monocycle digital est rechargeable en un temps record. Puisqu’il pourra reprendre de ses forces en seulement 3h30 de charge. Et ce n’est pas tout, on parle même d’un bijou électrique qui va révolutionner votre façon de vous déplacer !

Un bijou à la pointe de la technologie puisque tous les modèles sont équipés d’un système Bluetooth, relié à une application mobile essentielle pour l’utilisation du véhicule.

Bien entendu, un peu de pratique sera élémentaire mais il faudra aussi vous armer de patience. Car même si le gyroroue avance tout seul, il est fortement recommandé d’arriver à tenir dessus et d’être capable de pouvoir se diriger et, si souvent rappelé, ’être maître de son véhicule.

Après quelques heures de pratiques, nous espérons sincèrement que vous adopterez rapidement cette nouvelle forme de mobilité. Si vous doutez, n’oubliez pas que se déplacer sur les littoraux méditerranéens, on a connu pire..

À propos de l’auteur

Alpes administrator